Publié : 2 mars 2006
Format PDF Enregistrer au format PDF

Violette sur la Terre, l’avis de Sophia.

La veille du spectacle, l’acteur Maxime Leroux est venu nous présenter la pièce Violette sur la Terre dont il est le metteur en scène.
Il a expliqué que les personnages principaux, dans cette intrigue, n’ont plus de but dans leur vie, ils ne savent plus où ils en sont et c’est ce qui fait, selon lui, le principal intérêt de la pièce. Il a aussi insisté sur l’importance de la mine, car l’esprit des corons baigne la pièce. La vie difficile et dangereuse des mineurs, mais aussi le problème du chômage lié à la fermeture des mines, y sont largement évoqués.

Au début de la représentation, les spectateurs intrigués entendent une chanson, puis il y a des échos dans la salle. Ma première impression est qu’une partie du public connaît ce refrain et le chantonne. Mais grâce à de faibles lueurs provenant des lampes de poche des acteurs, je vois que les chanteurs sont des acteurs qui arrivent du fond de la salle parmi les spectateurs. Durant toute la pièce, le faible éclairage sera fourni par les acteurs eux-mêmes. Quant au décor, il est assez chargé et étrange : plusieurs tonnes de terre formant une étendue noirâtre, des éléments d’une voiture démontée, une chaise, une banquette usagée représentent le carreau d’une mine désaffectée.

Progressivement, nous faisons connaissance avec les différents personnages et leurs problèmes ...
Vient d’abord Etienne, ancien dynamiteur qui a perdu son travail à la mine. C’est aussi un ancien syndicaliste. Il est le mari de Marie-Jeanne. Le couple n’ayant pas eu d’enfants, il existe une véritable tension entre eux. Marie-Jeanne ne travaille pas et a subi deux fausses couches. Elle ne communique plus avec son mari que par des mots laissés sur la table de a cuisine. Attirée par le sud, elle veut suivre Violette.
Ensuite, il y a Paul : c’est un ancien mineur, mais aussi un jeune homme invalide depuis un terrible accident survenu dans une veine, et dont il a été victime. Il veut vivre avec Violette.
Puis c’est le tour de Judith : jeune femme indécise, en attente d’avenir, dont le fiancé est absent. Elle possède un test de grossesse qu’elle n’ose pas utiliser.
Et enfin, Violette : jeune femme étrange qui voyage, et n’a pour seul bagage qu’un sac avec un carnet dont chaque mot est barré. Elle se tait puis parle avec les mots des autres.
Les différents personnages ont deux points communs :
leur vie difficile, sans aucun objectif
et Violette, que chacun rencontrera à tour de rôle et qui sera comme une lumière dans leur vie.
Chaque personnage aborde donc Violette dans un moment de crise, un moment où toutes sortes de questions lui traversent l’esprit, des questions sur sa vie et son devenir.

Des scènes de grande émotion font irruption au cours de la pièce et surtout à la fin , quand tous les personnages se retrouvent enfin face à Violette. C’est d’ailleurs aussi à ce moment là que toutes les rancœurs dissimulées depuis tant d’années vont se dissiper (celles d’Etienne et de sa femme, de Paul et de Judith ...).

De nombreux moments drôles jalonnent aussi la représentation, lorsque chaque personnage rencontre Violette et qu’elle répond avec les mots du précédent confident. Dans de nombreuses scènes, notre metteur en scène, Maxime Leroux, a su introduire beaucoup d’humour. L’acteur Olivier Saladin, en particulier, dans le rôle d’Etienne, amuse le public avec ses expressions et ses intonations drôles.
Malgré les problèmes angoissants abordés dans la pièce, l’humour est toujours là pour en faire sourire plus d’un. Maxime Leroux a voulu délivrer un message optimiste, appelant à repousser la solitude.

Maxime Leroux a su faire un très bon choix au niveau des acteurs qui ont très bien interprété les personnages (tels que Etienne, si souvent comique, Judith, l’adolescente expansive qui découvre l’amour, et Marie Jeanne, si convaincante avec son accent populaire...). Chaque acteur entre parfaitement dans la peau de son personnage, et le joue avec beaucoup de sensibilité et d’entrain.

Bref, cette réalisation, mélange de réalisme, d’humour et d’optimisme, est le parfait reflet du travail que peuvent fournir Carole Fréchette et Maxime Leroux ensemble.
Aussi, n’hésitez pas à aller voir cette pièce qui est très conseillée, entre amis ou en famille ! Ses thèmes, toujours d’actualité..., laisseront échapper plus d’une larme, et son comique plus d’un fou rire ...

Sophia B.