Publié : 2 mars 2006
Format PDF Enregistrer au format PDF

la rencontre vue par Mathieu et Valentin.

Le mardi 8 novembre, le comédien rouennais Maxime Leroux nous a rendu visite pour nous parler de « Violette sur la Terre », la pièce de Carole Fréchette qu’il a mise en scène et que certains d’entre nous avons vue le lendemain.

Maxime Leroux est né en 1951. Après avoir exercé la profession d’instituteur et de professeur de collège dans la région rouennaise, il a commencé une formation d’acteur.
Assez rapidement, on lui a proposé du travail, ce qui l’amène à quitter son métier d’enseignant.
Au cinéma, il a participé à une trentaine de longs métrages (comme dans Le colonel Chabert), et au théâtre il a joué dans de nombreux spectacles.
Depuis quelques années, il travaille comme formateur au sein de l’école : « Les enfants terribles ».

Ile 8 février dons, il est entré dans notre classe et s’est assis sur une table, comme il l’a toujours fait lorsqu’il était enseignant ! Il nous a parlé de sa passion pour le théâtre et nous a donné des renseignements sur la vie des comédiens et sur leur travail.

Il a précisé tout d’abord que, au moment des représentations, les acteurs ont besoin de sentir la salle attentive et calme. La principale preuve de respect envers les comédiens est d’être silencieux, car si l’on est bruyant, cela peut vraiment déranger et perturber les acteurs.

Maxime Leroux nous a exposé ensuite les difficultés du travail d’acteur. Pour les comédiens, jouer avec conviction un personnage peut être difficile, en particulier si le personnage ne plaît pas, bien que, en même temps, ces rôles construits soient les plus passionnants. Il a ajouté que le plus compliqué, lorsqu’on joue sur scène, c’est de faire deux choses à la fois, par exemple dire le texte, et faire sauter des crêpes ... D’autre part, apprendre les textes demande un travail un peu fastidieux mais inévitable. Pour mémoriser un texte, il faut le lire et le relire sans arrêt, tous les matins et tous les soirs. L’angoisse du comédien est le « trou de mémoire » ! Maxime Leroux a raconté qu’exceptionnellement, cela lui était arrivé. Il avait alors marmonné des mots incompréhensibles et personne ne s’était aperçu de rien !

Ensuite, notre invité nous a parlé des grands problèmes que les comédiens rencontrent dans leur profession : les salaires, souvent insuffisants, et le chômage.
Il a évoqué l’inégalité des salaires entre les acteurs de cinéma et les comédiens de théâtre, car certains acteurs, en particulier au cinéma, sont très bien payés alors que d’autres, qui ont parfois autant de talent, ont des difficultés à vivre de leur métier. Et pour tous, l’insécurité est là : ils ne sont pas sûrs de travailler toute l’année. Lorsque l’on est acteur, les temps de tournage sont irréguliers, et l’on peut se retrouver au chômage pendant longtemps après avoir tourné de nombreux films durant plusieurs années.

Maxime Leroux a abordé ensuite son activité de metteur en scène de la pièce : Violette sur la Terre. Il a trouvé le travail collectif de la mise en scène passionnant, car le groupe, constitué d’amis, s’entendait bien et surtout, il était agréable de trouver des idées avec les autres acteurs pour interpréter la pièce. Maxime Leroux a expliqué aussi qu’il avait dû s’occuper du financement de la mise en scène et de beaucoup d’autres aspects matériels assez contraignants, mais nécessaires.
Enfin, il nous a présenté l’intrigue et les personnages de Violette sur la Terre.

Ses réponses et ses explications nous ont vraiment donné envie de voir sa pièce !

Mathieu L., Valentin L.