Publié : 26 janvier 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

Scène d’expo : Diama et Diamanta

Scène d’exposition écrite par Doriane, Marie, Pauline

Diama s’avance vers sa sœur...

Diama :
Oh ! Diamanta ! Tu es là !

Diamanta :
Qu’y a t-il Diama ?

Diama :
L ’enterrement de notre père vient d’être annoncé... Comme je suis triste, il n’a jamais eu de vie heureuse à cause de sa barbe pleine d’épines de rose. Même notre mère devait garder un sécateur sur elle pour la lui tailler avant de l’embrasser.

Diamanta :
Ce que tu dis là est bien vrai. Te rappelles-tu comme Abulius, notre grand-père a été jaloux d’Abulia, sa sœur ?

Diama :
Si je me rappelle ?!! C’est à cause de lui que tout est arrivé.

Diamanta :
Il a été trop jaloux d’Abulia. Quand Caritas, la déesse au cœur d’or, est venue offrir des roses à Abulia, celui-ci tellement jaloux de sa sœur a décidé de dévaster tout son parterre de roses. Caritas voyant cela, a condamné toute notre lignée. Tous les membres de notre famille qui sont des hommes ont maintenant dès leur naissance une barbe en épines de roses...

Diama :
Et encore ! Nous avons eu de la chance, car nous sommes des femmes ! Comme je plains notre cousin qui est si bon et gentil. Depuis sa naissance cette horrible barbe épineuse l’empêche d’être heureux.

Diamanta :
Absolument ! Sans oublier notre oncle qui est si généreux, il ne pense qu’aux autres. Mais encore une fois, cette maudite barbe le rend affreusement laid et malheureux. Notre tante souffre tellement de ses cicatrices qu’elle a aux joues et sur les lèvres.

Diama :
Écoute Diamanta, cette situation a assez duré ! Il nous faut trouver une solution.

Diamanta :
Moi, je sais ce que je vais faire. Notre cousin me fait trop souffrir. Il est si aimable, mais aucune fille ne veut de lui. Alors je me dévoue, et je vais aller lui annoncer que je suis prête à l’épouser.

Diama :
Oh Diamanta ! Comme tu es gentille. Pour que notre lignée résiste à la colère des dieux, il faudrait que nous, braves femmes, suivions toutes ton exemple. Ainsi le problème serait enfin résolu.

Diamanta :
Et bien, qu’il en soit ainsi, si cela est notre destin...

Chœur :
Oh jalousie !
Que ton tsunami de défauts qui nous pique au plus profond de notre cœur cesse, pour se transformer en un merveilleux sirop d’amour !
Que soit maudit Abulius, qui tel un loup possessif a commis cette faute impardonnable envers sa si admirable sœur Abulia !
Ton haleine de rivalité empeste dans notre monde. Il a dévasté les roses de sa sœur offertes par la déesse au cœur d’ or, Caritas.
Par sa faute, tous ses fils sont maintenant condamnés ! Jamais une dame ne pourra les aimer avec une barbe aussi épineuse et piquante que la plus fine des aiguilles.
Que Caritas nous vienne en aide ! Que nous, pauvres roses défrichées, nous ne nous soyons pas réunies pour rien.

Coryphée :
Oh Caritas ! Que jamais de charité je ne me lasse ! Je peux tout te donner pour ne jamais jalouser !

Choeur :
Qu’avec cette prière, Caritas nous pardonne.

Coryphée :
Diama et Diamanta vont se révolter !

Chœur :
Diamanta va épouser son cousin et toute sa descendance suivra son exemple.

Coryphée :
Ainsi, si frères et sœurs se marient ensemble, les hommes n’auront plus à se soucier de leur avenir pour fonder une famille.

Chœur :
Mais si Caritas apprenait cela, alors sa colère serait immense...